Groupe de recherche translationnelle en biologie sur les toxicités tardives des chimiothérapies

Constitution d’un groupe de recherche translationnelle en biologie sur les toxicités tardives des chimiothérapies

Dans le cadre d’une étude nationale avec le réseau des tumeurs rares de l’ovaire, projet financé par l’ARC pour son volet clinique, l’équipe du Professeur Florence Joly à Caen (DRCI et INSERM U1086 ANTICIPE, Centre François Baclesse), a pu constituer un recueil d’échantillons biologiques sanguins.

Cette étude s’intéresse aux séquelles à long terme des traitements et à la qualité de la vie des patientes ayant été traitées par chimiothérapie (à base de platine et de bléomycine) pour une tumeur germinale ou de Sertoli Leidig ; les données seront comparées à un groupe de patientes non pré-traitées par chimiothérapie.

Le recrutement est en cours mais environ 135 échantillons devraient être disponibles d’ici la fin de l’année 2021.   

La constitution d’un groupe de recherche translationnelle en biologie sur la thématique au sein du Cancéropole Nord-Ouest est en cours pour explorer les toxicités tardives. 

Si cette thématique vous intéresse, n’hésitez pas à contacter le Pr. Florence Joly

f.joly@baclesse.unicancer.fr